En-tête

n°13

Télécharger pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Jean-Marie Delanery, Président GIEE Agriculture et Biodiversité

Un GIEE pour la biodiversité à Tilloy et Bellay

Le 20 juillet 2016, la loi sur la biodiversité est adoptée par l’Assemblée Nationale. Que de discussions, que d’interrogations, pour finalement une certitude : bien des déçus !
Début 2015, des agriculteurs de Tilloy et Bellay, accompagnés par l’association Symbiose, s’impliquent dans une démarche de territoire. L’enjeu principal est la biodiversité. Fin 2015, l’association « Agriculture et Biodiversité Autour de Tilloy et Bellay » est née. Elle est le support du GIEE (Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental) qui est déposé par la Chambre d’Agriculture début 2016.
Vient alors le temps des échanges, de la formation et de l’observation. L’état initial biodiversité doit être réalisé sur le territoire comprenant 3 400 ha, plus de 60 exploitations sont concernées, la ligne LGV, l’autoroute A4, la RD4 et le golf. Un premier diagnostic est testé sur les bords de chemin qui s’étendent sur 125 km. Parallèlement, le Réseau Biodiversité pour les Abeilles propose l’implantation de jachères apicoles sur plus de 2 ha, soit 18 aménagements. La Fédération des Chasseurs de Champagne-Ardenne, partenaire, a permis de tester le Sem’Obord sur certains linéaires de bandes mellifères et d’envisager l’implantation de « bouchons » propices au petit gibier.
Marine, stagiaire en Master à la Chambre d’agriculture, a identifié plus de 18 000 individus (insectes, carabes, ….). Jérémy Miroir, naturaliste, précise les intérêts des auxiliaires de cultures selon le contexte étudié.
2016 est une année intense en observations. Plusieurs années seront cependant nécessaires pour valider ces comptages. En 2017, des changements de gestion de fauche des bords de chemin et des propositions d’aménagement sur chacune des exploitations volontaires du GIEE seront testés.
Conscients de l’enjeu de la loi sur la biodiversité, les agriculteurs du territoire de Tilloy et Bellay ne sont-ils pas avant tout les meilleurs  gestionnaires de cet espace ?

---
20160621_agsymb1

« Agir ensemble au profit de la biodiversité », la preuve par l’exemple

« Agir ensemble au profit de la biodiversité ». Ce leitmotiv de l'association Symbiose se vérifie dans les projets présentés par le Secrétaire général, Benoit Collard, lors de l'assemblée générale le 21 juin à Lavannes.
Après 4 années d'existence, les acteurs mobilisés dans l'association peuvent s'enorgueillir des résultats concrets, répondant aux enjeux de préserver la biodiversité, voire de l'augmenter, tout en garantissant une performance économique.

Lire la suite.

Symbiose présent lors de la Nuit de l'Agro-Ecologie

Symbiose a participé le 23 juin à la "Nuit de l'Agro-Ecologie", événement créé par le Ministère de l'Agriculture qui avait pour objectif de proposer aux citoyens de rencontrer des associations travaillant en faveur de l'agro-écologie. Symbiose était présent de deux manières :

• A Paris, en partenariat avec Coop de France déshy, Hervé Lapie et Philippe Lecompe étaient présents dans une brasserie pour expliquer le travail réalisé entre les agriculteurs, apiculteurs et coopératives sur le projet Apiluz. 

• A Reims, Benoit Collard proposait une soirée débat autour des différents projets réalisés par l'association.

Même si le succès escompté à cette soirée n'a pas été totalement au rendez-vous, il est important que Symbiose aille à la rencontre des citoyens pour rentre compte du travail réalisé.

Agriculteurs, acteurs de la biodiversité

Pour encourager les démarches en faveur de la biodiversité, Symbiose a souhaité donner la parole à des agriculteurs et des viticulteurs qui ont réalisé des actions concrètes pour la biodiversité. Tous les 2 mois, un témoignage est publié en dernière page de la Marne Agricole.

Depuis notre dernière newsletter deux témoignage ont été publiés.Retrouvez son témoignage dans la nouvelle rubrique "Agriculteur, acteurs de la biodiversité" : 

- François Louver, viticulteur à Bouzy qui adapte la conduite de ses vignes pour favoriser la biodiversité et installe des haies dans son vignoble (voir le témoignage).

- Alain Bazille, agriculteur à Dommartin-Lettrée, qui a choisi de diversifier son assolement par l'introduction de différentes espèces de légumineuses pour la production de semences (voir le témoignage).

Des agriculteurs de Tilloy-et-Bellay se forment sur la biodiversité

Un groupe d'agriculteurs de Tilloy-et-Bellay s'est formé à la reconnaissance et la caractérisation des bords de champs, le 3 mai dernier avec la Chambre d'Agriculture et la FRCCA. L'objectif de cette formation est de leur permettre de faire un état initial de leur territoire et de le cartographier. 

Le 22 juin, ce groupe d'agriculteurs a présenté les résultats de leurs observations à l'ensemble des agriculteurs exploitant sur cette commune.

Pour en savoir plus sur ce projet... 

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Des cigales près de chez soi !

Vous ne rêvez pas, il n’est pas nécessaire de se rendre dans la garrigue pour entendre le chant des cigales. En effet, en Champagne-Ardenne il est possible d’observer 2 espèces de petites tailles (18 mm), appartenant au groupe des « cigalettes » et dont les émissions sonores sont relativement subtiles : il s’agit de la Cigale des montagnes (Cicadetta montana) et de la Cigale chanteuse (Cicadetta cantilatrix). A ces espèces, s’ajoute une espèce de grande taille (30 mm) dont l’intensité des émissions sonores est comparable à celles des cigales méditerranéennes : la Cigale rouge (Tibicina haematodes). La vie de la cigale est principalement souterraine puisque qu’elle y passe au moins 2 ans à l’état larvaire. Les individus creusent des galeries et se nourrissent de la sève des racines. Arrivée à son dernier stade de développement, la larve rejoint la surface et grimpe sur un support au sein de la végétation. S’enclenche alors la phase du passage à l’état adulte. La larve se transforme en un adulte ailé et laisse derrière elle son exuvie (enveloppe que le corps de l'animal a quitté lors de sa métamorphose). 

Ci-dessus, à gauche, mâle adulte de Cigale chanteuse (Cicadetta cantilatrix) -Chouilly (51) et à droite exuvie de Cigale appartenant au complexe Cicadetta gr montana – Beine -Nauroy (51)

Les adultes sont actifs de mai à juillet et vivent en moyenne 2 à 3 semaines en se nourrissant de la sève des végétaux. Les mâles « chantent » pour attirer les femelles dans le but de se reproduire. Seul le mâle émet des sons et il est à cet effet pourvu de deux sortes de cymbales sur le dos. Par vibration, le son raisonne dans son abdomen vide. Le ventre de la femelle est conçu pour recevoir les sons générés par le mâle. On dit qu'elle cymbalise. Ce chant est continu et long, sa caractérisation permet de déterminer l’espèce présente de manière fiable. Ces espèces peuvent s’observer au sein et en marge d’habitats secs et bien exposés (pelouses calcicoles, boisements thermophiles, vignoble…).

---

A vos agendas...

Août 2015 :

• Participation à la conférence "Aménagement et équilibre de nos territoires" organisée par l'AROPA 51-08 et la SDAE de la FDSEA lors de la Foire de Châlons (Espace Millésime), le 30 août 2015.

---
@Symbiose_biodiv

Suivez l'actualité au quotidien de Symbiose en vous abonnant à notre compte twitter : @Symbiose_biodiv