La ressource alimentaire des abeilles,
le dialogue apiculteurs/agriculteurs et la gestion des territoires


Le Projet

pano_apiluzSur la Commune de Beine-Nauroy, environ 400 ha de luzerne sont cultivés (soit 17 % de la Surface Agricole Utile de la commune).
16 agriculteurs de la commune se sont engagés à laisser une bande de luzerne non-fauchée (environ 7 m de large) sur une de leurs parcelles afin de la laisser fleurir. Ce qui permet de disposer de façon constante d’environ 10 ha de luzerne en fleur à disposition des insectes pollinisateurs.
Concrètement lors des trois premières coupes de luzerne, l’agriculteur laissera en place une bande non-fauchée qui sera positionnée alternativement de part et d’autre de la parcelle.

schema bde_luz

Ces bandes de luzerne non-fauchées, présentes au cœur de la plaine à des moments clés, ont plusieurs avantages. Elles sont une véritable ressource de pollen et de nectar pour les abeilles et les autres insectes pollinisateurs (bourbons, papillons…) en période de disette alimentaire. Elles ont également un effet positif sur les populations de passereaux et de perdrix (abri pour les nichées, source d’alimentation due aux insectes).

Dossier de presse du projet (.pdf)


Le Protocole d’expérimentation

Ce projet d’expérimentation à l’échelle du territoire d’une commune est prévu pour 3 ans. Des suivis et comptages vont être réalisés dans des ruchers sur la commune de Beine-Nauroy, mais également sur une commune voisine (Prosnes).

– Le Suivi en continu du poids des colonies

Objectif : Suivre la dynamique de populations des colonies d’abeilles domestiques, leur dynamique de récolte de nectar et mesurer la capacité du territoire à fournir suffisamment de ressources pour une production de miel, en fonction de la période de l’année.

– Mesure de la production de miel

Objectif : Mesurer le potentiel mellifère de l’environnement et estimer la part de la luzerne dans la production de miel réalisée sur la commune d’essai par la production de miel (Kg / ruche, Kg / rucher) et la qualité du miel (analyse palynologique).

– Dénombrements de pollinisateurs

Objectif : Evaluer la diversité et l’abondance des insectes pollinisateurs (abeille domestique, bourdons, papillons, autres apoïdes et hyménoptères) venant récolter des ressources alimentaires dans les bandes de luzerne non-fauchée.


Les Partenaires du Projet

– Les agriculteurs laissant une bande de luzerne non-fauchée dans leur parcelle

– Les apiculteurs et le Réseau Biodiversité pour les Abeilles

Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles fraca

– Les deux coopératives de déshydration de Luzerne : Luzéal et la Coopérative de Puisieulx

luzeal coop_puisiuelx

– Les partenaires financiers du projet

feader+drap carre champagne-ardenne_DREAL_COUL
fond credit_agri_ne Chambre d'Agriculture de la Marne fond nature-decouverte


 


Les Résultats de cette expérimentation

2015, une deuxième année d’expérimentation convaincante

graph durée fleur Apiluz 2015
Extension de la période de présence de fleurs de luzerne

Les observations réalisées pour cette deuxième année confirment les premiers résultats de 2014.
Les problèmes de salissement des parcelles de luzerne a été corrigé par l’amélioration du protocole en évitant que la bande non-fauchée se retrouve deux fois au même emplacement dans la parcelle.
La présence des bandes non-fauchées permets d’allonger la durée de présence de fleurs de luzerne au cours de la saison de 1 à 3 mois.

Rapport complet de la deuxième année d’expérimentation (.pdf)
Synthèse des résultats 2015
 (.pdf)


2014, une première année encourageante

graph_apilluz_result1
Distribution des insectes observés entre groupes identifiés pour chaque modalité

Les résultats de cette première année d’essai ont montré :

  • une plus grande productivité florale relative des bandes non fauchées, particulièrement marquée en début d’été, début de période de floraison de la luzerne ;
  • un intérêt des bandes pour la fourniture d’alimentation aux pollinisateurs sauvages, dont la plupart des groupes sont plus abondants dans les bandes en début de saison, certains (notamment les papillons) plébiscitant ces bandes pendant toute la saison d’observation ;
  • un intérêt des bandes pour l’abeille domestique en début de période de floraison des luzerne.

La poursuite en 2015 du programme avec un protocole optimisé devrait permettre de continuer à avancer dans la connaissance des interactions luzerne déshydratée / pollinisateurs, et dans la mise au point de dispositifs permettant d’optimiser l’intérêt de la culture pour ces insectes et pour les apiculteurs locaux tout en maintenant sa viabilité économique pour les agriculteurs.

Rapport complet de la première année d’expérimentation (.pdf)
Synthèse des résultats 2014 (.pdf)