En-tête

n°9

Télécharger pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Benoît Collard, Secrétaire Général de Symbiose

Territoire

Trame verte et bleu, corridor écologique, maillage écologique, nombreuses sont les notions de vocabulaire différentes pour dire tout simplement que l'HOMME est l'acteur principal de l'ECOSYSTEME TERRESTRE car ses décisions d'ordre politiques, économiques, environnementales et sociales, peuvent impacter positivement ou négativement les EQUILIBRES de cet écosystème.

Ceci étant vrai pour tout individu lambda.

SYMBIOSE travaille pour améliorer cet équilibre en tenant compte des caractéristiques du terrain. En particulier de bien considérer que nous sommes dans une région agricole de grandes cultures où la production agricole tient un rôle important sur le plan économique, environnemental, et social.

Jusque maintenant les différents projets étaient orientés dans un premier temps sur l'accumulation de données scientifiques de terrain, pour dans un deuxième temps utiliser ses résultats sur des projets de territoire.

Apres la mise en route du projet APILUZ, nous mettons en place sur les communes de Tilloy-et-Bellay, Somme-Vesle, et Saint-Rémy-sur-Bussy, un projet très ambitieux : faire progresser grâce aux agriculteurs, acteurs principaux du territoire, avec l'appui d'experts de la LPO, FRC, RBA, CHAMBRE AGRICULTURE, COOPERATIVE, FARRE,  le niveau écologique du territoire .Cette réflexion se veut pertinente et constructive puisque chaque acteur de ce projet doit y trouver un résultat positif dans l'évolution du niveau de la biodiversité à travers les aménagements performants proposes dans son domaine de compétences .

Pour que la réussite soit totale chaque étape de la construction du projet sera validée par les agriculteurs, et le résultat final devra répondre à leurs objectifs d'AGRICULTURE DURABLE, qu'il soit cohérent avec leurs pratiques agronomiques et que leur résultat économique progresse.

Enfin ce projet est regardé de prés par les collectivités en particulier LE PAYS DE CHALONS qui pourrait en faire une vitrine pur le développer sur un territoire beaucoup plus vaste.

J'oubliais un écueil a ce projet : arrivera t il à passer l'examen de la réglementation FRANCO-EUROPENNE ?

AFFAIRE A SUIVRE…

---

Symbiose agrée par l’académie

L’association « Symbiose, pour des paysages de biodiversité » a reçu l’agrément de l’académie de Reims comme une « association éducative intervenant en milieu scolaire ». Cet agrément, d’une durée de 5 ans, permettra à l’association d’intervenir en établissement scolaire de la région. Cette demande a été faite dans le cadre de la réalisation d’un parcours pédagogique sur le site de Berru. L’académie pourra diffuser les activités d’éducation à l’environnement de l’association dans ses écoles. 

Le projet « Apiluz » retenue par nature & découverte pour le programme de l’ARRONDI

La fondation Nature & Découvertes a retenu un projet sous l’égide de l’association Symbiose, pour des paysages de biodiversité parmi d’autres projets en faveur de l’environnement. Cette sélection permettra de bénéficier des dons du programme de l’ARRONDI dans le magasin Nature & Découverte de Reims.

En savoir plus...

pano_apiluz

Apiluz - Les résultats de la première année d'expérimentation sont disponibles

Après un an d’existence, le projet Apiluz mis en place sur la commune de Beine-Nauroy livre ses premiers résultats. Si cette première année d’expérimentation a permis de mettre en évidence l’intérêt de la mise en place des bandes de luzerne en début de campagne pour les abeilles domestiques et sur l’ensemble de la campagne pour les autres insectes pollinisateurs notamment les papillons. ion d’un parcours pédagogique sur le site de Berru. L’académie pourra diffuser les activités d’éducation à l’environnement de l’association dans ses écoles.
 En savoir plus...

Les bénévoles et les élèves de la MFR ont planté les arbustes.

Les élèves de la MFR plantent une haie pour découvrir la biodiversité

Depuis le début de l’année scolaire, l’association Symbiose accompagne deux classes de la MFR de Vertus (Bac professionnel Service à la Personne) sur la découverte de la biodiversité en milieu rural. Symbiose a proposé aux deux classes de participer à la plantation d’une haie les 5 et 11 mars 2015 sur l’exploitation de M. Gillet, agriculteur à Bouy.

En savoir plus...

Réunions Luzéal 

Symbiose a participé aux réunions des adhérents de Luzéal du mois de février pour présenter l’association aux agriculteurs. Ces 6 réunions ont été l’occasion de présenter l’association via la vidéo « Agissons Ensemble sur nos territoires au profit de la Biodiversité ». Les différents représentants de Symbiose ont ensuite présenté les projets en cours de l’association. Le public, composé d’agriculteurs producteurs de luzerne, a été intéressé par le projet d’aménagement du territoire sur la commune de Tilloy-et-Bellay. Le projet qui concernait le plus le public était le projet Apiluz, dont Luzéal est un des partenaires.

Participation de Symbiose à la conférence de Nuffield 

L’association a été invitée à intervenir lors de la conférence de la bourse Nuffield France qui se déroulait cette année à Reims. Cette conférence rassemble 75 agriculteurs venus de 15 pays. Les boursiers découvrent l’agriculture de 6 pays en 6 semaines. La conférence a pour but de rassembler les boursiers et des acteurs de l’agriculture.  L’objectif est d’offrir à des agriculteurs ayant 10 ans d'expérience en tant qu'agriculteur d'avoir une ouverture sur les agricultures du monde dans le but de former les dirigeants de demain.
Symbiose est intervenue pour présenter l’expérience de rassemblement des acteurs du territoire. Cette intervention rentrait dans le thème de la communication positive dans l’agriculture. 
Pendant une semaine, la conférence a rassemblé les acteurs de l’agriculture venant de milieux différents : agriculteurs, chefs d’entreprises, coopératives, maisons de champagnes et associations dont Symbiose.

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Porter un autre regard sur la biodiversité typique du bâti rural (Partie n°2) - Quelques espèces emblématiques...

Parmi les hôtes emblématiques des bâtiments, les chauves-souris sont parmi les espèces les plus fascinantes. Pas nécessairement photogénique, ces espèces, quand on s’y intéresse d’un peu plus près, se révèlent à la fois attachantes et captivantes.

La France est riche en espèces de chauves-souris, puisqu’on y trouve 34 des 41 espèces présentes en Europe. La Champagne-Ardenne compte, quant à elle, 24 espèces. Les chauves-souris, appelées « chiroptères » par les scientifiques, sont des mammifères.Chiroptèrevient du grec chiro«main» etptère«aile» et signifie donc « mains ailées ». En effet, leurs ailes sont constituées de membranes tendues sur les doigts, les pattes et la queue. Ces mammifères volants ont recours à un ingénieux système d'émission d'ultrasons (écholocation) qui leur permet de s'orienter et de capturer leurs proies pendant la nuit. 

 Ci-contre, La Pipistrelle commune (Pipistrelluspipistrellus) est l’une des Chauve-souris les plus communes en Champagne-Ardenne ©J.MIROIR-ME

Toutes les espèces françaises sont considérées comme insectivores. Elles consomment mouches et moustiques, coléoptères, papillons et pucerons, mais aussi des araignées et d’autres petits invertébrés. En somme, ce sont des alliés de l’agriculteur.

Les plus petites chauves-souris de Champagne-Ardenne pèsent jusqu’à 4 g (Murin d’Alcathoé, Pipistrelle pygmée et commune) et le plus lourd, le Grand Murin, peut atteindre les 30 g. De véritables poids-plumes ! Il ne s’agit en effet que d’espèces de petite taille, mesurant entre 3,5 et 10 cm de haut. C’est-à-dire que les plus petites font la taille d’un ticket de cinéma, et les plus grandes, la taille d’une souris d’ordinateur ! Ces ordres de grandeur permettent d’apprécier la taille minimale des anfractuosités susceptibles d’héberger des Chauves-souris. Quelques espèces fréquentes régulièrement les bâtiments et habitations, c’est le cas notamment de la Pipistrelle commune, de la Sérotine commune et de l’Oreillard gris.

Ci-contre, la Pipistrelle commune (Pipistrelluspipistrellus) est l’une des plus petites espèces de chauves-souris européenne (envergure ne dépassant pas 19 cm et pesant 5 g). ©J.MIROIR-ME 

Les chauves-souris utilisent au sein des habitations et des bâtiments, des gîtes très diversifiés qui peuvent varier en fonction de la période d’utilisation du gîte. Ainsi, les toitures, les fissures des murs et des boiseries, les combles, les bardages intérieurs des charpentes, les interstices des boiseries (poutres, linteaux…) et parfois le revers des volets…Les travaux d’entretien ou de rénovation peuvent avoir des conséquences significatives sur le devenir des individus ou des colonies qui ont élu domicile dans ces gîtes singuliers. Si leur présence peut parfois causer quelques désagréments (gêne sonore et olfactive), dans bien des cas la cohabitation est possible, c’est ce que nous verrons dans le prochain article.

---

A vos agendas...

Avril 2015 :

• Visite de la parcelle de biodiversité de Symbiose par le groupe biodiversité de BASF Europe, à Berru, le 28 avril 2015

 

Juin 2015 :

• Assemblée Générale de Symbiose à Epoye, le 9 juin 2015

---