En-tête

n°10

Télécharger le pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Etienne Clément, Président de la LPO Champagne Ardenne

Le busard cendré pour exemple de partenariat gagnant-gagnant

Voilà plus de 30 ans que les membres de la LPO parcourent les plaines champardennaises pour y repérer les couples de busards cendrés. De retour d’Afrique où il y a passé l’hiver, ce gracieux rapace a en effet l’habitude d’installer son nid à même le sol au milieu des champs de céréales.
De plus en plus précoce, la récolte fait peser une grave menace aux jeunes oiseaux qui ne sont pas encore en état de voler. Une fois les nids  localisés, il faut rapidement contacter les agriculteurs concernés pour les avertir qu’une nichée a élu domicile dans une de leurs parcelles. Le nid est alors installé dans une cage en grillage pour éviter la prédation et des balises permettent de mieux le repérer lorsque la moissonneuse-batteuse entrera en action. L’an dernier, près de 400 couples de busards cendrés ont pu ainsi être protégés.
Cette action de protection est un des exemples qui illustrent l’engagement de notre association dans le programme Symbiose. Notre intention est d’apporter notre expertise et nos conseils pour favoriser l’émergence d’aménagements susceptibles de favoriser le retour de la biodiversité dans le paysage agricole régional.
Ce rapprochement avec le monde agricole ne peut se faire sans ouvrir un dialogue serein avec les exploitants. En se montrant compréhensif devant les problèmes que peuvent rencontrer ces derniers mais aussi en étant pleinement respecté pour nos valeurs militantes et pour les positions que nous sommes amenés à ne pas cautionner les pratiques en cours qui ne nous paraissent pas aller dans le bon sens. C’est au prix de cet effort mutuel que le travail engagé dans Symbiose* pourra continuer à porter ses fruits sur le terrain.

 * « Association durable entre deux ou plusieurs organismes et profitable à chacun d'eux » - Dictionnaire Larousse.

---

La biodiversité un sujet qui fédère

L’association Symbiose a réuni le 9 juin à l’occasion des on assemblée générale un cinquantaine de personne représentant des agriculteurs, collectivités, organisations agricoles de la région… La première partie de cet après-midi en salle a été marquée par l’intervention d’Hélène Gross, chargée de mission Biodiversité à l’ACTA (Association de Coordination Technique Agricole), qui a présenté les projets d’expérimentation menés en lien avec la biodiversité au sein du réseau des instituts technique agricole.
L’assemblée générale s’est poursuivie sur « Le Parcours Découverte de la Biodiversité » à Berru, commenté par Jérémy Miroir.

Plus d’infos…

Symbiose présent à « Chasse et Terroir en fête »

L’association Symbiose était présente à « Chasse et Terroir en fête » organisé par la fédération des Chasseurs de la Marne, les 13 et 14 juin. Un stand commun était réalisé en partenariat avec Agrifaune et les apiculteurs dans l’espace thématique dédié à la plaine cultivée. L’objectif était de présenter aux visiteurs les actions entreprises par Symbiose ainsi que les différents aménagements et pratiques favorables à la biodiversité. 

Symbiose va à la rencontre des agriculteurs lors des tours de plaines

L’association Symbiose est intervenue pendant l’hiver lors de plusieurs réunions techniques organisées par les GEDA et coopératives sur le thème la biodiversité en espace agricole. Suite à ces réunions, les agriculteurs présents ont voulu aller plus loin dans la démarche en invitant Symbiose lors de tours de plaine. Au printemps, Jérémy Miroir a alors présenté sur le terrain les pratiques favorisant la biodiversité et les atouts qu’elle peut apporter aux agriculteurs.

Le projet Apiluz continue son envol

Après une première année d’expérimentation en 2014, le projet Apiluz se poursuit sur la commune de Beine-Nauroy. Les résultats de cette première année sont plutôt encourageants avec un réel effet bénéfique des bandes fleuries pour les papillons et un effet très sensible pour les abeilles domestiques en début et fin de saison. Pour cette deuxième année d’expérimentation, le protocole a été adapté pour obtenir les meilleurs résultats.
Ce projet a été sélectionné par la fondation Nature & Découverte pour bénéficier des dons dans le programme de l’Arrondi proposé dans le magasin de l’enseigne à Reims.

Pour en savoir plus sur le projet…

Une délégation européenne de BASF vient à la rencontre de Symbiose

L’association Symbiose a accueilli le 28 avril une délégation de BASF chargée de mettre en place au niveau européen un réseau de fermes où des actions en faveurs de la biodiversité sont mises en place. L’objectif de cette rencontre était de faire découvrir aux représentants de BASF de différents pays européens (Royaume-Unis, Allemagne, Italie, Pologne, Rép. Tchèque, France) le travail réalisé par l’association sur les aménagements et pratiques favorables à la biodiversité. Cette présentation s’est concrétisée par une visite du « Parcours Découverte de la Biodiversité » à Berru et du vignoble de Nogent-l’Abbesse.

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Drôles de bestioles… observations insolites et anecdotes originales

En cette période de canicule, nos plaines subissent des conditions climatiques proches de celle qui règnent dans des pays beaucoup plus méridionaux. Même si le thermomètre s’affole actuellement, ces conditions climatiques demeurent exceptionnelles et transitoires. Néanmoins, les amplitudes de températures qui règnent durant un épisode de canicule peuvent permettre à certaines espèces de progresser plus rapidement au nord de leur aire de répartition. Parallèlement, les conditions climatiques devenant, depuis quelques années, globalement plus clémentes et la relative douceur automnale associée au caractère de moins en moins accusé des hivers, rendent possibles la présence durable d’espèces exotiques.

Il n’a échappé à personne que notre flore et notre faune se sont enrichis d’éléments non indigènes à caractère plus ou moins invasifs. Parallèlement, certaines espèces « exotiques » font des incursions ou s’établissent dans nos plaines. Penchons-nous sur le cas d’une belle étrangère… Il s'agit d'Isodontia mexicana, espèces d’origine américaine, arrivée accidentellement dans l’hexagone, à priori, par bateau. L’époque à laquelle elle est arrivée demeure obscure. Certain naturalistes pensent que c’est durant la seconde guerre mondiale qu’elle aurait été transportée, mais serait passée inaperçue jusque dans les années 60. D’autres pense qu’elle est arrivée l’année de sa découverte dans l'Hérault en 1960. Une chose est sure, elle est restée de nombreuses années cantonnée dans la région méditerranéenne, en compagnie de deux de ces cousines autochtone I.paludosa et I.splendidula.

 Ci-contre, Isodontia mexicana – Val-de –Vesle (51) - ©J.MIROIR-ME

 

Suite à la canicule de l'année 2003, elle est parvenue à franchir le Massif central et s'est répandue dans toute la France. On la trouve dorénavant en Suisse, en Italie et en Espagne. Cette guêpe solitaire de belle taille (15 à 20 mm) est inoffensive. Elle se nourrit de nectar et n’est aucunement agressive. Au moment de la ponte elle devient une redoutable chasseresse. Elle capture des sauterelles et des grillons afin de constituer des garde-manger pour ses larves. Les femelles installent leur nid dans des tiges creuses ou au sein d’anfractuosités qu'elles tapissent de feuilles. Une fois le garde-manger constitué et les œufs pondus, la femelle ferme l'entrée du nid avec un bouchon d'herbes. Peu de temps après, elle achèvera sa courte vie d’adulte et laissera place aux générations futures. 

---