En-tête

n°11

Télécharger pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Jean-Baptiste Prévost, représentant Jeunes Agriculteurs Champagne-Ardenne

Quand les idées viennent du terrain

 

En ce début novembre alors que les semis et arrachages battent la campagne à la faveur d’un temps clément, que les besaces des chasseurs de gibier se remplissent grâce à la présence de belles nichées de perdrix, que les apiculteurs laissent au repos des abeilles qui ont butiné tout l’été et cela sous la couleur rougeoyante des teintes d’automne... On peut se dire que la nature avec sa diversité d’acteurs est vivante. Oui elle est vivante quand la gestion de ces derniers dans leur domaine d’activité est faite de manière intelligente et pragmatique.
Dans notre territoire, les acteurs ruraux n’ont pas attendu la mise en place des trames vertes et bleues déconnectées des réalités du terrain pour mettre en place des actions concertées et cohérentes avec le milieu. Symbiose en est un très bel exemple dans l’accompagnement des projets de territoires. L’intérêt de Symbiose est qu’elle prête l’oreille et surtout ECOUTE tous ceux qui y vivent afin que ces desseins aboutissent sans fermeture de tel ou tel acteur.
Les générations de jeunes agriculteurs, de jeunes chasseurs, qui toutes deux prélèvent sur la nature, sont ouverts à l’aménagement de leur territoire de travail ou de hobbies pour développer la biodiversité, grâce à des projets volontaires et collectifs. 

---

Apiluz, quand la luzerne fait le bonheur des abeilles

Après une première année d'expérimentation en 2014 du projet Apiluz à Beine-Nauroy, l'année 2015 confirme l'intérêt des bandes de luzerne non-fauchées pour les pollinisateurs notamment les abeilles domestiques.

Pour en savoir plus.

Un succès pour l'arrondi pour le projet Apiluz

Le projet Apiluz a été retenu par la fondation Nature & Découvertes pour bénéficier du programme de l’Arrondi dans son magasin de Reims. De mars à fin août, tous les clients de l’enseigne se sont vus proposer la possibilité d’arrondir leurs achats à l’euro supérieur et ainsi faire un don à l’association Symbiose pour le projet Apiluz de 1 à 99 centimes. Ainsi, c’est environ 12 000 dons qui ont permis de récolter près de 2 500 € au profit de ce projet, ce qui place le projet dans les 5 meilleurs résultats de toutes les enseignes Nature & Découvertes.

Les bouchons de végétation sur bande enherbée entre 2 cultures favorisent la préservation de la biodiversité.

Quand Symbiose devient une source d’inspiration

Vendredi 18 septembre, à Somme-Tourbe, se sont regroupés les membres des associations à vocation environnementale Symbiose, pour des paysages de biodiversité et Chaumot Environnement. L’association Chaumot Environnement, basée dans le département de l’Yonne et regroupant principalement des agriculteurs locaux, a souhaité rencontrer Symbiose pour échanger sur les multiples actions menées par l’association à l’échelle de l’exploitation et du territoire, ainsi que sur les méthodes permettant de les reproduire sur leur département.

Lire la suite.

Faisons une fleur aux abeilles !

Fleurir les pleines agricoles champenoises en parrainant des jachères apicoles, sources de nectar et de pollen pour les abeilles

C’est le projet participatif que le Réseau Biodiversité pour les Abeilles (RBA) est sur le point de lancer sur la plateforme de financement participatif www.miimosa.com. L’objectif est de faire semer pour le printemps 2016 des hectares de jachères agricoles par des agriculteurs volontaires de la région, afin d’augmenter la disponibilité florale des paysages agricoles et d’enrichir les ressources alimentaires (pollinifères/nectarifères) des abeilles et des autres pollinisateurs. L’association Symbiose collabore avec le RBA pour la réussite de cette initiative de fleurissement du paysage champenois. Pour cela, nous vous tiendrons informé de son lancement afin que vous puissiez faire vos promesses de dons et partager ce projet autour de vous.
Pour plus d’information contacter : vincent-guillot@jacheres-apicoles.fr

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Le Membracide bison ou Cicadelle bubale (Stictocephala bisonia)

Loin des grandes plaines américaines, l’observateur avertit peut, au sein de la végétation herbacée, découvrir un impressionnant « bison », non pas le grand mammifère mais un petit insecte mesurant de 8 à 10 mm de long et présentant une forme particulièrement inhabituelle. Son aspect massif ainsi que la présence de deux excroissances (cornes supra-humérales) de part et d’autres du premier segment de son thorax ont favorisés cette appellation originale. A leur base, les ailes antérieures sont coriaces, membraneuses et présentent une ponctuation blanchâtre. Les larves sont brun-gris et présentent un aspect tout aussi étrange que les adultes avec des crochets en éventail sur le dos. Les larves comme les adultes se déplacent au sein de la végétation avec une relative lenteur et se nourrissent de la sève de nombreuses plantes herbacées qu'ils piquent avec leur rostre. L’excédent d’eau et de glucides prélevé dans les végétaux est évacué sous forme d’une urine abondante et sucrée. Les gouttelettes produites constituent un miellat, dont les fourmis raffolent.

Le Membracide bison est susceptible d’impacter les arbres fruitiers et les vignes : Les blessures résultantes de la ponte de cette espèce cicatrisent mal et ressemblent aux marques laissées par la grêle. Ces blessures n’ont réellement d’impact que sur certains jeunes plants et uniquement après plusieurs années d'infestation. Dans les vignes, les symptômes, qui associent rougissement et enroulement, peuvent ressembler à ceux de la flavescence dorée bien qu'ils soient cantonnés à l’extrémité haute du sarment (à partir de l'endroit où a été réalisée l’incision de ponte).

---

La parole aux membres de l’association

L’actualité des organismes membres de Symbiose

La boîte à outils des agriculteurs : une plateforme internet pour réfléchir, échanger et progresser

 Déjà neuf mois que le réseau Farre (Forum des agriculteurs responsables respectueux de l’environnement) a lancé le site internet « la boîte à outil des agriculteurs » (www.boitagri.com). L’objectif ? Mettre en commun les expériences concrètes d’agriculteurs et développer les pratiques agricoles performantes et durables.

Un outil pour favoriser le déploiement des pratiques agro-écologiques

Les agriculteurs pionniers existent en matière de pratiques agro-écologiques, mais la difficulté est de les valoriser, les diffuser et les partager. C’est de ce constat qu’est né le site internet www.boitagri.com. L’enjeu du site est de répondre aux problématiques liées à la protection intégrée, et d’être un tremplin pour le développement de l’agro-écologie. 

Comment fonctionne la plateforme ?

Le site www.boitagri.com est un portail de réflexion et d’échange, qui propose un éventail de leviers pour produire plus et mieux. Pour chacun de ces leviers, l’internaute a la possibilité de consulter une fiche technique, et des témoignages. La fiche technique, très synthétique, permet de se faire une idée des conditions de mise en place de ce levier, de ses intérêts et limites. On accède également à des liens vers d’autres références et sites internet pour aller plus loin sur ces questions techniques et agronomiques. Les partages d’expériences, sont sous la forme de témoignages vidéos et/ou écrits d’agriculteurs. Plusieurs agriculteurs marnais ont d’ailleurs déjà témoignés! L’idée est que les agriculteurs expriment chacun dans leur propre contexte et système d’exploitation, les intérêts du levier en termes agronomique, socio-économique et environnemental, mais aussi ses limites et les freins possibles à sa mise en place. Le site intègre également un moteur de recherche pour accéder rapidement au contenu souhaité, et il dispose des fonctionnalités de partage vers les réseaux sociaux. Tous les agriculteurs ont par ailleurs la possibilité d’enrichir les témoignages de leurs propres expériences.
La boite à outil est donc un outil complémentaire aux outils existants, dont la valeur est portée par les multiples témoignages et retours d’expériences... Un outil fait par et pour les agriculteurs !

Benoît Collard, Agriculteur dans la Marne a déjà témoigné pour la boîte à outils

Rendez-vous sur www.boitagri.com, un site internet gratuit, disponible sur tous les supports (PC, tablette, smartphone). Pour contribuer par vos témoignages n’hésitez pas à contacter Pauline Caron chez Farre pcaron@farre.org.

---