En-tête

n°15

Télécharger pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Jean-François Maréchal, Secrétaire Général de la FGSAM*

Comprendre pour mieux agir…

L’abeille, chef de file des insectes pollinisateur, joue un rôle primordial au niveau de l’agriculture.
Bien commun entre les agriculteurs et les apiculteurs, les premiers favorisant son alimentation et les seconds son développement.
Chef d’entreprise, l’agriculteur doit exploiter cette nature qui nous entoure sans compromettre à long terme sa pérennité. Il est donc primordial que soit conservé ou redécouvert la diversité des espèces, de la génétique et des écosystèmes.
Ces diversités assurent la sauvegarde des différents insectes pollinisateurs tels les abeilles domestiques et sauvages, les papillons, les bourdons, etc… Dans la nature il existe une correspondance morphologique entre la forme des fleurs et la longueur des trompes qui les visitent. La diversité des plantes est donc vitale pour les insectes et réciproquement.
Les actions menées dans le cadre de Symbiose permettent de développer cette diversité de plantes disponibles et d’analyser leurs impacts.
Le projet de Tilloy-et-Bellay en est un parfait exemple qui va nous aider à comprendre et à mesurer les effets des divers aménagements envisagés.
Les insectes ayant un bol alimentaire riche et varié supporteront d’autant mieux les fortes contraintes qu’ils subissent aujourd’hui. Agissons ensemble sur différents axes avec une diminution progressive des insecticides et pesticides, tout en améliorant la diversité des ressources disponibles.

*Fédération des Groupements et Syndicats Apicoles Marnais

---

Un reportage sur le projet de Tilloy-et-Bellay

Dans l'émission "9h50 - Le Matin en Champagne-Ardenne" de France 3 du mardi 21 mars, les projets d'aménagement en faveur de la biodiversité sur le territoire de Tilloy-et-Bellay ont été mis à l'honneur. En effet, 3 reportages ont été diffusés au cours de l'émission :

• François Arnould, agriculteur, implante des buissons en forme de "larme" dans des zones non-cultivées d'une de ces parcelles, de part et d'autre d'un pylône électrique.

• Didier Thuot, agriculteur, revient sur les intérêts d'une haie qu'il a plantée il y a 14 ans dans le cadre d'un remembrement.

• Jean-Marie Delanery,agriculteur, présente le GIEE "Agriculture et Biodiversité Autour de Tilloy" ainsi que l'utilité d'implanter des bandes de jachères apicoles dans ses parcelles.

Pour visionner l'émission, cliquer sur le lien, les reportages sont à 2:50, 16:07 et 37:22.

Apiluz : La 3ème année confirme l'utilité des bandes non-fauchées

Dans le cadre du projet Apiluz, Symbiose a réuni les partenaires opérationnels du projet (Réseau Biodiversité pour les Abeilles et Luzéal) pour le bilan de la 3ème et dernière année de cette expérimentation menée à Beine-Nauroy. Le principal changement par rapport à 2015 a été la réduction de la largeur des bandes non-fauchées (passant de 6 m à 3 m de large). Cette réduction a été compensée par un doublement du nombre de bandes sur le territoire. Cette modification n'a pas eu d'incidence sur la fréquentation des bandes par les insectes, mais à l'intérêt d'améliorer les conditions logistiques de récolte. La forte pluviométrie du début d'été 2016 a été un facteur limitant pour la production de miel.

La prochaine étape de ce projet est la restitution des 3 années d'étude à l'ensembles des coopératives de déshydratation de luzerne. La phase d'expérimentation doit maintenant laisser place à la phase de déploiement.

Des fiches conseils pour la mise en place d'aménagements ou de pratiques au profit de la biodiversité

Dans la volonté de sensibiliser un maximum d'agriculteurs à la mise en place d'aménagements, les partenaires de Symbiose ont créé des fiches synthétiques présentant des aménagements ou pratiques favorables à la biodiversité. Ces fiches sont disponibles dans l'Espace Membres (après identification*). L'ensemble des fiches est également disponible en version papier sur demande auprès de Symbiose.

*Pour s'identifier dans l'espace Membres, il suffit de s'inscrire gratuite sur notre site internet en remplissant le formulaire en bas à droite de la page d'accueil.

Se donner les moyens d'agir au profit de la biodiversité

Hervé Lapie, président de Symbiose, invite toutes les organisations professionnelles agricoles lors d'une réunion le 28 avril prochain. La préservation de la biodiversité est un enjeu essentiel pour l'agriculture. Symbiose doit être un outil au service des agriculteurs pour impulser des initiatives collectives et de territoire.

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Effervescence printanière…

Alors que les premières fleurs émergent timidement, le printemps et le léger redoux, qui l’accompagne, constituent le signal de départ d’une effervescence subtile qui agite le monde des oiseaux.Fin mars début avril est, en effet, un période charnière pour la gente ailée qui s’active pour une même finalité, se reproduire et assurer sa descendance. Manifestations vocales, parades, retour de migration, les oiseaux offrent durant cette période de belles occasions d’observations. 
C’est le cas des couples de Tarier pâtre qui s’installent sur leur territoire au cours du mois de mars. Il s’agit majoritairement d’oiseaux migrateurs. Bien que très largement répandue dans le Nord-est de la France, cette espèce apparait relativement localisée dans les plaines de Champagne crayeuse. En effet, elle s’observe généralement au sein de sites isolés de faibles emprises tels que des dépôts de matériel agricole, des marges bassins de rétention d’eau pluviale, des talus piquetés d’arbustes, … Au printemps, le mâle écarte ses rivaux par une parade agressive mêlant battement d’ailes frénétique et chants aigus, souvent juché sur le plus haut promontoire de son territoire et ne passe pas inaperçu.
Dans le ciel ce n’est pas l’agitation des migrations automnales, mais en attendant les premières hirondelles, vous aurez peut-être la chance d’observer un groupe de Cigogne blanche en migration. Même si le déclin de cette espèce semble s’être inversé, les rares couples nicheurs de l’ex région Champagne-Ardenne demeurent localisés et encore vulnérables à de multiples facteurs (disparition de leurs habitats d’alimentation, collisions, dérangement).
Enfin, dans les villages, la chance et la curiosité peuvent vous permettre d’observer une petite boule de plume sympathique aux grands yeux jaune. La Chevêche d’Athéna est une merveille de finesse et d’agilité, discrète elle ne se laisse que très ponctuellement observer. Mais, en ce début de printemps, les miaulements diurnes insistant des mâles trahissent sa présence pour peu que vous soyez curieux. Symbole de sagesse et d’intelligence, ce petit rapace est un joyau de nos campagnes. La Chevêche s’établit dans nos villages, prairies et vignobles pour peu qu’il y ait des gites (anfractuosité de murs, cavité dans les arbres gérés en têtard ou émondés…) et des zones d’alimentations (prairies, friches, vastes parcs urbains…) riches en proies (insectes, micromammifères et petits passereaux).

Ci-dessus, à gauche, Mâle de Tarier pâtre (Saxicola rubicola) revendiquant son territoire. Au centre, Cigogne blanche (Ciconia ciconia) en migration utilisant les courants d'air chaud ascendants pour s’élever sans effort. Enfin, à droite,Chevêche d'Athéna (Athene noctua) mâle, cette espèce fascinante est à la fois curieuse et farouche. (Cr. J.MIROIR-ME)

La dynamique positive dont jouissent actuellement ces trois espèces s’avère précaire et particulièrement dépendante de l’homme et de ses choix en matière d’aménagement et de gestion de l’espace. Préserver ces espèces est un enjeu fort et complexe pour notre société. Sensibles, ces espèces constituent des sentinelles du caractère durable de notre manière de gérer notre environnement, elles sont en quelque sorte des baromètres de notre bien-être et de la qualité de notre environnement.

---

A vos agendas...

Avril 2017 :

• Réunion : Impulser des initiatives volontaires et collectives pour la création de continuités écologiques à Tilloy-et-Bellay, le 26 avril

• Réunion : Se donner les moyens d’agir au profit de la biodiversité sur notre territoire, le 28 avril

Mai 2017 :

• Réunion technique sur le suivi des indicateurs de biodiversité, le 19 mai

• Intervention sur le thème "Les ressources alimentaires pour les abeilles, quelles solutions ?" lors de l'Assemblée Générale de la FNAMS à St Pouange, le 19 mai

Juin 2017 :

• Participation aux Culturales à la Ferme 112, les 14 et 15 juin

• Assemblée Générale de Symbiose, le 23 juin

Suivez l'actualité au quotidien de Symbiose en vous abonnant à notre compte twitter : @Symbiose_biodiv