Août 2013 

 


n°4

Edito

Par Denis Velut, Membre du comité directeur

Depuis quelques années, l’association Symbiose œuvre pour le développement de pratiques culturales favorables à la biodiversité, pour le bien de tous les usagers de la nature. Ce qui est remarquable c’est que chaque acteur du terrain expose ses souhaits et ses contraintes : des solutions concertées apparaissent, d’abord autour de la table, puis, l’association propose de les expérimenter et  ensuite de les vulgariser.
Les vignerons ne pouvaient que s’associer à cette démarche. La réflexion, déjà engagée depuis quelques années donne lieu à des réalisations ponctuelles novatrices. Dans le champ de Symbiose, c’est un ensemble de pratiques visant à préserver la biodiversité qui se positionne dans un territoire à l’est de la Montagne de Reims, entre deux massifs viticoles sillonnés de voies de communication importantes.
Le simple promeneur peut désormais constater une nette amélioration de cette diversité, essentiellement par la présence d’herbe au pourtour des parcelles et dans les vignes, choses inexistantes il y a une dizaine d’années ! Certains, lassés du tout vert, s’essaient à cultiver des espèces fleuries, soit dans les contours, soit dans les parcelles. De même les talus et tournières sont gérés de manière à maintenir une petite faune en place ainsi que des insectes favorisant la chaîne alimentaire de nos auxiliaires.
L’aménagement hydraulique, l’aménagement judicieux et un peu plus doux des collecteurs d’eaux pluviales, le reprofilage de pente de certains talus permet un développement d’espèces qui restaient trop discrètes.
Ces solutions de bon sens ont été présentées à Ambonnay en juillet, des réalisations actuellement à petite échelle mais qui peuvent faire tache d’huile.
Le Champagne est un bien de culture, terrestre et d’image, et si nos bouteilles s’exportent, nos paysages ravissent le regard de ceux qui y travaillent, comme de ceux qui nous rendent visite.
Progresser tous ensemble vers une maîtrise des pratiques bénéfiques à l’environnement, donc aux générations futures, aux vignerons d’aujourd’hui, aux habitants de nos villages… voilà un objectif ambitieux, auquel s’ajoutera la reconnaissance de nos paysages au patrimoine mondial naturel et culturel.

Actualité de l’association

Un succès annoncé pour « le parcours découverte biodiversité ».

Un parcours découverte de la biodiversité en milieu agricole, une initiative originale impulsée par l’association « Symbiose, pour des paysages de biodiversité » et inaugurée par la Région Champagne-Ardenne.

Lire la suite.

Combiner développement et préservation des ressources, RTE et « Symbiose, pour des paysages de biodiversité », s’y engagent.

Après plusieurs mois d’échanges et de concertation, Hervé Lapie, Président de « Symbiose, pour des paysages de biodiversité » et Jean Louis Carlier, Directeur de projet Nord Est du Réseau Transport Electricité ont formalisé par la signature d’une convention, leur volonté de travailler ensemble sur les objectifs respectifs de développement économique et de préservation de la biodiversité.

Lire la suite.

La FDSEA fait appel à Symbiose sur la gestion des adventices de culture

A l’initiative d’élus FDSEA des cantons de Sézanne et d’Anglure, Hervé Lapie, Président, et Jérémy Miroir, Chargé de mission, sont intervenus lors d’une visite sur le terrain à Broussy-le-Petit le 28 juin 2013. Cette visite avait pour objectif de déterminer les raisons et les conséquences du salissement des parcelles de cultures avec l’appui de technicien (Coop, GEDA, semencier). Symbiose a présenté quelques solutions alternatives entre la destruction chimique et une gestion différenciée des bords de chemins pouvant favoriser ou limiter la propagation d’espèces adventices. 

Porter un autre regard sur le vignoble

L’association Symbiose et ses partenaires représentants la profession viticole (CIVC, SGV et Chambre d’agriculture), le Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims, les collectivités locales et la Fédération Régionale des Chasseurs de Champagne-Ardenne ont invité les viticulteurs locaux à une réunion de terrain le 24 juillet 2013. L’objectif de cette visite sur le terrain était d’observer les différents éléments favorables à la biodiversité dans le vignoble Champenois.

Lire la suite.

Symbiose s'expose à la Foire de Châlons

C'est tout naturellement que l'association Symbiose a répondu à l'invitation des Jeunes Agriculteurs de la Marne pour être présent sur leur stand (parvis de l'entrée principale) de la Foire de Châlons en Champagne, les 7 et 8 septembre. En effet, cette année les Jeunes Agriculteurs ont choisi comme thème "Agriculteurs, Décorateurs d'extérieur". Symbiose pourra ainsi présenter le travail réalisé sur les aménagements en plaine de Champagne. Les différents partenaires de l'association seront présents tout au long de ces deux journées pour répondre aux questions des visiteurs. L'accent sera mis sur la présentation du "parcours découverte biodiversité" à Berru.

Symbiose s'engage dans la charte de la biodiversité

Lors de l’assemblée générale de l’association, Raymond Joannesse (membre de la commission du Conseil régional « Territoires, Aménagement de l’espace, Agriculture, Forêt et développement Durable ») avait invité Symbiose à s’engager dans la charte de la biodiversité  par la signature du pacte d‘engagement. Symbiose a répondu favorablement au Conseil Régional. La signature du pacte d’engagement sera réalisée lors de la présence de Symbiose à la Foire de Châlons en présence du Conseil régional.

Plus de détail sur la charte de la biodiversité dans la rubrique "La parole aux membres de l'association" à la fin de cette newsletter.

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Au détour des chemins,… (Partie n°1)

Nous savons souvent bien peu de choses sur le monde qui nous entoure. Cela est d’autant plus vrai dans nos campagnes dans l’entrelacs de la végétation bien à l’abri de nos regards profanes. Si la présence des taons et des moustiques ne laisse personne indifférent, il n’en est pas de même pour une foule d’espèces animales, dont d’innombrables insectes. Ainsi, les touffes d’herbes des chemins hébergent une faune qui, quant on y s’y attarde un peu, se révèle fascinante. Permettons-nous une incursion indiscrète dans le monde miniature des habitants de la plaine.
A l’instar de la savane africaine, les parcelles et bords de chemins de nos campagnes hébergent de nombreux prédateurs. Ces prédateurs, parfois qualifiés d’auxiliaires, peuvent donner un sérieux coup de pouce à l’agriculture en contribuant notamment à réduire la prolifération de certaines espèces d’insectes indésirables aux cultures. Cette action n’est toutefois efficace que si leur présence est favorisée par un environnement propice au développement de leurs populations. 
Les vedettes, auxiliaires promus au rang d’alliés incontournables, tels que les coccinelles sont bien connues des grands publics et des professionnels. D’autres espèces, moins médiatiques, méritent d’être présentées ; c’est le cas notamment des quelques espèces décrites dans cet article.

Les Asilidés ou « mouche à moustaches » sont comme leur nom l’indique de mouches prédatrices hérissées de poils. Leurs trompes sont surmontées d’une « moustache » destinée à protéger les yeux des réactions défensives des proies. En effet, à l’instar des moustiques et des taons, ces insectes sont munis d'une trompe rigide et pointue ou « rostre » leur permettant de transpercer leurs victimes. Après avoir perforé le tégument de la proie, la mouche prédatrice y injecte de la salive puis aspire le contenu prédigéré. Ne vous méprenez pas, malgré leurs aspects peu avenants, leur rostre piqueur et leurs pratiques alimentaires déroutantes, ces diptères sont inoffensifs pour l’homme (des piqûres peuvent toutefois être occasionnées lorsque l’on manipule les plus grosses espèces). Ces espèces sont munies de longues pattes ravisseuses, pourvues d'épines permettant de capturer leurs proies. Dotées d'une vue très efficace, ces mouches singulières restent en embuscade pour se lancer sur leur proie qu'elles capturent en plein vol souvent après de remarquables acrobaties.

Avec ces 10 à 18 mm, le Gonype cylindrique (Leptogaster cylindrica) est un spécialiste de la chasse des pucerons et des petites mouches.

Le saviez-vous ?

Certains papillons de nos contrées sont migrateurs. C’est le cas de la Vanesse des Chardons ou Belle Dame. De couleur brun jaunâtre à abricot, le dessus des ailes de ce papillon présente des dessins noirs réguliers. On l’observe dans les plaines principalement de la fin du printemps au début de l’été selon les conditions météorologiques.
Papillon migrateur, certains individus effectuent des voyages de plusieurs milliers de kilomètres au départ de l’Afrique du nord. Au printemps, des populations entières remontent vers le nord de l’Europe, où elles vont donner naissance à une, parfois deux générations de papillons dont certains redescendront au Maghreb pour l’hiver. Les individus d’Afrique du Nord se reproduisent principalement en Europe méridionale au premier printemps. Cette première génération se reproduit et meure dans la zone méditerranéenne. Ce sont, généralement, leurs descendants qui arrivent sous nos latitudes et bien au-delà jusqu’en Scandinavie. Ce papillon, à l’instar des autres papillons migrateurs, se caractérise par un vol particulièrement rapide qui peut atteindre une vitesse de près de 30 km/h. Ce type de déplacement nécessite des arrêts fréquents durant lesquels les papillons butinent frénétiquement les fleurs afin de refaire leurs réserves énergétiques.

Globalement commun en été dans nos campagnes, sa densité varie d’une année à l’autre. Cette année, l’espèce semble relativement abondante. On observe d’ailleurs depuis la dernière semaine de juillet des afflux de groupes de Belles Dame regroupant plus de 40 individus !

La parole aux membres de l’association

L’actualité des organismes membres de Symbiose

Une charte de la biodiversité en Champagne Ardenne

La biodiversité est essentielle au bon fonctionnement des écosystèmes et des services qui en sont issus. L’équilibre entre la faune, la flore et les habitats est source d'alimentation, de matières premières et garantit la qualité de l’eau, de l’air et du sol. Chaque espèce, végétale ou animale, joue un rôle dans ce fragile équilibre. Fort de ce constat, le Conseil régional a décidé de s’engager pour la protection de la biodiversité en élaborant une charte.

La charte de la biodiversité en Champagne Ardenne, vise à engager les acteurs du territoire dans la définition d’une stratégie du territoire régional en faveur de la biodiversité.
La démarche s’est articulée autour :

  • d’une trentaine d’entretiens avec les acteurs du territoire ;
  • de six ateliers thématiques pour cerner les enjeux de préservation de la biodiversité ;
  • de quatre ateliers transversaux autour des axes stratégiques de la charte ;
  • d’un travail itératif et régulier avec le comité de pilotage ;
  • des assises régionales de la biodiversité.

… autant d’étapes et de temps d’échange qui ont permis la co-construction de la charte.

L’implication forte des acteurs tout au long de la démarche, a conduit à l’élaboration d’une stratégie régionale qui n’est pas simplement une stratégie de la Région mais bien celle des acteurs champardennais.
La charte de la biodiversité en Champagne-Ardenne a été adoptée par le Conseil régional lors de la session plénière du 17 décembre 2012.
Elle se compose :

  • d’un diagnostic territorial et enjeux ;
  • de grandes orientations et objectifs opérationnels ;
  • de programmes d’action ;
  • d’un pacte d’engagement. 

Les quatre axes stratégiques de la charte sont les suivants :

  • Rassembler, organiser, enrichir la connaissance de la biodiversité pour la partager ;
  • sensibiliser et former tous les publics à la biodiversité pour une appropriation de la thématique et de ses enjeux ;
  • mobiliser les acteurs de la biodiversité pour donner plus de cohérence et d’efficacité aux actions ;
  • respecter la biodiversité et agir pour la préserver, la gérer et la valoriser. 

L’identification de 25 programmes d’action et leur action prioritaire constitue un véritable outil d’intervention pour les acteurs du territoire.

Un pacte d’engagement est proposé à tous les acteurs qui souhaitent adhérer à la démarche. Les signataires de ce pacte s’engagent à décliner une ou plusieurs actions de la charte. 

Pour en savoir plus : http://www.cr-champagne-ardenne.fr/?SID=1013

Contact : Sophie de Champsavin, Région Champagne Ardenne

A vos agendas...

septembre 2013 :

  • Foire de Châlons sur le stand des Jeunes Agriculteurs (parvis entrée principale), les 7 et 8 septembre 2013

Le projet "Symbiose, pour des paysages de biodiversité" bénéficie du soutien financier FEADER (Cofinancement Europe - Région Champagne Ardenne)