En-tête

n°16

Télécharger pdf

Télécharger la version PDF : 

---

Edito

Par Benoit Collard, Secrétaire général de Symbiose

Continuités écologiques mais surtout cohérence écologique

Depuis un certain temps de nombreuses instances nous parlent de continuités écologiques, de trames vertes et bleues, de schéma régional, etc.… Tout ceci dans un microcosme tout à fait nébuleux où personne n’est capable de nous expliquer comment cette volonté se concrétise, se met en œuvre, sur nos territoires.
Nous sommes confrontés au discours du « YACA », ce qui naturellement ne fait avancer personne, et ne donne aucune impulsion à la sauvegarde de la biodiversité sur nos territoires de grandes cultures, mais assure la bonne conscience de ceux qui en parlent.
Depuis 2012, Symbiose s’efforce de mettre en place des études concrètes de terrain pour réfléchir collectivement à l’aménagement de notre plaine de grandes cultures avec comme ambition d’arrêter la perte de biodiversité, de la stabiliser, et à long terme de la refaire progresser.
Lors de la journée européenne du patrimoine, une randonnée pédestre de 5 km à Tilloy-et-Bellay permettait aux marcheurs de découvrir les différentes facettes de la biodiversité à travers 7 ateliers le long du parcours animés à chaque fois par un partenaire différents de Symbiose.
« COHERENCE et COMPLEMENTARITE DU DISCOURS », voilà le résultat de la capacité des partenaires à expliquer ce que sont concrètement les continuités écologiques. Mais pour réaliser ce type de manifestation, il faut des femmes et des hommes capables de s’écouter, de se comprendre, d’échanger, de se mettre d’accord, de décider et de réaliser : c’est cela Symbiose et l’on peut être fier de réussir ce pari un peu fou de mettre en commun nos compétences et de les valoriser à travers des projets collectifs de terrain et d’en partager les résultats.

---
photo

Une réussite pour cette première Randonnée Découverte de la Biodiversité

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, Symbiose a organisé une Randonnée Découverte de la Biodiversité à Tilloy-et-Bellay. Cette journée a permis aux visiteurs de découvrir la diversité présente dans les espaces de grande culture de champagne crayeuse à travers 7 ateliers animés par des partenaires de Symbiose.

Pour en savoir plus…

Projet Trame Verte à Tilloy-et-Bellay

Symbiose a réuni le comité de pilotage du projet de Trame Verte à Tilloy-et-Bellay le 14 septembre. L’objectif de ce projet est de restaurer, de créer des continuités écologiques à l’échelle d’un territoire en s’appuyant sur différents éléments du paysage, comme les haies, les zones non cultivées, les bords de chemins et routes.
Dans le cadre de ce projet, Symbiose a rencontré la Sanef le 18 août afin de connaître sa volonté de s’associer à un tel projet et d’apprécier la faisabilité de gérer de façon spécifique les abords de l’autoroute sur le territoire de Tilloy. La Sanef a exprimé un réel intérêt de travailler sur des projets de développement durable.

Jean-Paul Vinot a raisonné son système d’exploitation pour favoriser la biodiversité

Jean-Paul Vinot a raisonné son système d’exploitation pour favoriser la biodiversité

 

Cet agriculteur de 52 ans, installé à Saint Quentin le Verger, est devenu agriculteur parce qu’il « aime ça » comme il le dit lui-même. Les productions sur son exploitation sont très diversifiées avec une dizaine de productions différentes dont pour les moins courantes dans la région : du chanvre, des semences de graminées et de pois de potager ainsi qu’un verger de 8 ha de noix.

Lire la suite...

vidéo

Foire de Châlons : Emission « Un Homme, un jour » sur la biodiversité

Dans le cadre de la Foire de Châlons, l’association Symbiose a participé à l’émission « Un Homme, un jour » le samedi 9 septembre. Cette émission était consacrée à la biodiversité, avec comme invités :

• Benoit Collard, secrétaire général de Symbiose,

• Jean-Marie Delanery, président du GIEE Agriculture et Biodiversité Autour de Tilloy

• Francis Etienne, Président de la FGSAM

• Sylvain Duthoit, Technicien à la Chambre d’Agriculture de la Marne

Voir l’émission

Symbiose fait cohabiter industrie et biodiversité

Symbiose fait cohabiter industrie et biodiversité

En marge de son assemblée générale du 23 juin, l’association Symbiose pour des paysages de biodiversité présentait des exemples d’aménagements écologiques dans les Ardennes. Ceux-ci sont implantés sous 83 pylônes de la ligne haute tension qui relie Charleville-Mézières à Reims.

Lire la suite...

Facebook

Symbiose développe ses moyens de communication

Symbiose développe sa visibilité sur Internet et notamment sur les réseaux sociaux avec la création d'un page Facebook: www.facebook.com/SymbioseBiodiversite. Retrouvez des photos et les actualités de l'association sur cette page et n'hésitez pas à la "liker" pour faire connaitre Symbiose dans vos réseaux.

---

La biodiversité en Champagne-Ardenne

Une rubrique pour mieux comprendre et connaître la biodiversité de notre territoire.

Une croqueuse d’homme remarquable

Ce n’est pas la plus sympathique des bestioles mais elle ne laisse personne indifférent. Son attitude et la position de ses pattes ravisseuses lui ont value l’appellation de "bête qui prie Dieu". Loin d’être une sainte, la femelle de cette espèce est bien connue du grand public pour sa tendance à décapiter les mâles au cours de l’accouplement.

La Mante religieuse (Mantis religiosa) est un insecte de grande taille particulièrement démonstratif. Dérangée, cette espèce adopte fréquemment une attitude d'intimidation. Faignant une agressivité démesurée, elle écarte ses pattes antérieures pour exposer à son agresseur la base de la face inférieure de ses fémurs où figure un ocelle blanc sur fond noir signal visuel particulièrement déroutant notamment pour les oiseaux.

Mimétique, la mante religieuse arbore une coloration variable selon le biotope dans lequel elle vie. On la rencontre le plus souvent sous sa forme verte, mais elle peut aussi être brune ou jaunâtre. Le mâle est de taille plus modeste et présente un abdomen plus grêle que celui de la femelle. Cette espèce fréquente les zones découvertes et ensoleillées, des pelouses, friches, landes et fruticées, où elle se tient dans les hautes herbes ou sur les buissons.

La femelle pond 150 à 400 œufs regroupés au sein d’une oothèque de deux à quatre centimètres qui les isole efficacement des intempéries Cette protection n’est pas efficace vis-à-vis des prédateurs ou de parasitoïdes spécialisés tels que Podagrion pachymerum (Hyménoptère Chalcididé).

Bien que considérée comme la plus commune des mantes européennes, ne bénéficiant d’aucun statut de protection, cette espèce s’avère rare, localisée et en probable régression au nord de son aire de répartition. La Mante religieuse est une espèce exigeante qui mériterait à minima de figurer sur la Liste Rouge régionale des Insectes notamment afin que ses habitats soient pris en compte et bénéficient de modes de gestion adéquats permettant leur maintien à long terme.

---

A vos agendas...

Octobre 2017 :

• Rencontre avec Justine Roulot, Conseillère en charge de la biodiversité au Ministère de la Transition écologique et Solidaire, le 10 octobre 2017

---